Mon panier

Schliessen

Frequently Bought Together:

277 388 arbres plantés

La vie dans la forêt tropicale – les derniers Penan sur Bornéo

Gepostet am 06 September 2019

La forêt tropicale du Sarawak sur Bornéo est le pays et le moyen de subsistance des Penan. Vingt ans après que l'écologiste Bruno Manser se soit battu avec les Penan contre la déforestation des arbres, la forêt est toujours menacée. Avec son livre Doomed Paradise, le photographe Tomas Wüthrich donne un aperçu impressionnant de leur vie dans la forêt.

Penan in Borneo

© Tomas Wüthrich

Depuis 2014, le photographe Tomas Wüthrich documente la vie quotidienne et la culture des Penan. Les nomades qui vivaient à l'origine dans la jungle du Sarawak à Bornéo sont menacés par la déforestation illégale de la forêt tropicale. Les Penan ont été perçus pour la première fois au niveau international par l'écologiste suisse Bruno Manser dans les années 1980. Pendant des années, Manser s'est engagé avec passion pour la population indigène et la forêt tropicale. Il est porté disparu depuis mai 2000 et a été déclaré disparu en 2005. Dans son livre Doomed Paradise – Die letzten Penan im Regenwald von Borneo, Tomas Wüthrich présent un regard différencié de leur vie actuelle, marquée par leur connaissance de la nature et de plus en plus aussi par la technologie moderne.


La vie nomade dans la forêt

Jusqu'au 20ème siècle, les Penan vivaient nomades dans le bassin versant des grandes rivières Magoh et Limbang, sans agriculture ni élevage - la forêt et les rivières leur donnaient tout ce dont ils avaient besoin. Une signification spéciale avait – et a – la chasse au babui, au cochon de barbe sauvage et à la production de farine de palmier du Sago. Dans les années 1950, l'anthropologue Rodney Needham est venu au Sarawak et a commencé à explorer leur mode de vie et leur culture. Le travail du linguiste et documentariste canadien Ian Mackenzie, qui fait des recherches sur la langue penan depuis 1991, recueille leurs mythes fascinants et publie pour la première fois une sélection en penan, en anglais et en allemand dans Doomed Paradise de Tomas Wüthrich, s'appuie sur les découvertes actuelles de Needham ; Mackenzie a connu le Penan par Bruno Manser. Les mythes peuvent également être entendus via QR code.


Penan Borneo

© Tomas Wüthrich

 

Sédentarité et modernité

La plupart des quelque 10 000 Penan se sont installés sous la pression du gouvernement et des missionnaires évangéliques et ont commencé à cultiver du riz. Mais le mode de vie de certains Penan se transforme en nomade : Un exemple en est le groupe semi-nomade autour du chef Peng Megut, qui se trouve au centre de l'œuvre photographique de Tomas Wüthrich. Le photographe a passé environ six mois seul avec le groupe de Peng Megut et a documenté leur vie quotidienne, leur chasse au chalumeau pour les cochons barbus ou les singes, leur extraction de la farine du sagoutier. Il a également noté l'importance que les téléphones mobiles, les téléviseurs, les motocyclettes et les voitures ont reçue. Il est fascinant de constater que Peng Megut et son groupe ont réussi à préserver une île verte avec une forêt tropicale en grande partie intacte au milieu d'une zone qui a été boisée plusieurs fois.


Résistance à la déforestation

Les compagnies forestières ont envahi la région de Penan au milieu des années 1980. Les barrages des chemins forestiers constituaient la forme la plus importante de résistance civile et non-violente. Cependant, en 2000, un peu moins de dix pour cent seulement de la superficie forestière avait été épargnée. La résistance a été particulièrement difficile pour les groupes nomades et les petits Penan dans les régions de Magoh, Limbong et Meli'it. Ils continuent d'ériger des barrages routiers, de surveiller et de défendre leur zone forestière.

 

Penan Borneo

© Tomas Wüthrich

 

Cartes pour préserver la forêt tropicale 

Bruno Manser a fondé de son vivant le Bruno Manser Fund (BMF), qui soutient les forêts tropicales, leur faune et leur population, mais surtout la forêt tropicale de Bornéo et le mode de vie Penan. Dans le cadre d'un projet de cartographie communautaire, le BMF a travaillé avec les Penan pour développer des cartes précises dans lesquelles les droits fonciers sont enregistrés. L'importance de ces droits a été démontrée, par exemple, en octobre 2018, lorsque la police, sollicitée par la compagnie forestière Lee Ling, a demandé aux bûcherons de respecter les droits fonciers de Peng Megut et de quitter la région.


Existence fragile dans la forêt tropicale

Les photographies de Tomas Wüthrich montrent à quel point la richesse de la forêt tropicale a rendu la vie et la culture des Penan possibles à ce jour, mais combien leur existence est devenue fragile. Le livre de Tomas Wüthrich Doomed Paradise – Die letzten Penan im Regenwald von Borneo nous met au défi de faire plus pour protéger la forêt tropicale et préserver un mode de vie ancien et naturel.

Imprimé sur du papier 100 % sans arbres, fait de farine de chaux et relié sans colles toxiques, le livre ramène non seulement les images, mais aussi pour la première fois les mythes écrits à leur lieu d'origine : les Penan. 

 

Penan Borneo

© Tomas Wüthrich


NIKIN – Ce que nous faisons pour les forêts tropicales

A NIKIN, nous nous sommes fait un devoir de faire quelque chose pour que les forêts de ce monde continuent à fournir aux animaux et aux plantes l'habitat dont ils ont besoin. C'est pourquoi nous soutenons le travail de notre organisation partenaire OneTreePlanted. Avec chaque achat chez NIKIN, tu fais don d'un arbre ! Ainsi, tu aides avec de petits moyens pour que la forêt tropicale ne disparaisse pas complètement.


L'auteur : Tomas Wüthrich

Tomas Wüthrich est un photographe suisse indépendant. Ses reportages et portraits primés sont publiés dans GEO, Das Magazin, NZZ am Wochenende et autres. Entre 2014 et 2019, il a accompagné un groupe de Penan encore largement nomades pendant plusieurs longs séjours à Bornéo. Il vit à Liebistorf, en Suisse.

© Andri Pol


0 Kommentare

Écrire un commentaire

INDISPONIBLE POUR LE MOMENT